Ouverture de la 18ème conférence des Bâtonniers de ce 25 mars 2024

Ouverture de la 18ème conférence des Bâtonniers

La 18ème conférence des Bâtonniers vient d’ouvrir ses travaux ce lundi 25 mars 2024 au Centre de Conférences « Village Venus » dans la Commune de N’sele à Kinshasa.

Cette structure instaurée au sein de l’Ordre National des Avocats rassemble chaque année, en marge de l’Assemblée Générale de l’Ordre National des Avocats, le Batonnier National en exercice, les bâtonniers nationaux honoraires, les membres du Conseil National de l’Ordre, l’ensemble des bâtonniers en exercice et les anciens bâtonniers pour discuter des questions intéressant l’exercice et l’avenir de la profession d’avocat et formuler des recommandations idoines.

A ce titre, la Conférence a pour finalité ;

  • d’assurer la cohésion entre les différents barreaux du pays ;
  • de délibérer sur toutes les questions d’intérêt commun aux avocats ou touchant au droit et à la justice ;
  • de délibérer et de se prononcer sur toute question d’ordre politique, social, économique ou juridique touchant à l’avenir ou au devenir de la nation congolaise, notamment en proposant les réformes jugées nécessaires en toutes matières et en formulant des observations sur toutes les réformes entreprises au niveau législatif, exécutif ou judiciaire.

 Les thèmes retenus pour cette année ont trait à l’accès et à l’exercice de la profession d’avocat, l’examen des questions spécifiques et des questions relatives à la discipline.

Dans son discours d’orientation prononcé lors de l’ouverture des travaux, le Batonnier National Michel Shebele Makoba a évoqué plusieurs sujets d’actualité, notamment l’avenir de l’avocat face au numérique et à l’intelligence artificielle, le formation continue et rigoureuse, gage de la compétitivité dans un monde en profonde mutation dans les matières de droit, dont le droit OHADA, le droit du numérique, le droit minier, le droit fiscal…, la problématique des admissions en masse au sein des barreaux, la problématique de la création d’une école du barreau, le phénomène des arrestations fréquentes des avocats, le respect par les avocats des autorités ordinales, l’admission des avocats étrangers au sein des barreaux en RDC et  la discipline au prétoire.